Espace client

Site junior

Lettre d'information

Bilan carbone eau et assainissement

Le bilan carbone n’est pas une fantaisie : c’est une obligation réglementaire…

Dans l’article 26 de la Loi Grenelle 2 :

Le bilan des émissions de gaz à effet de serre devient obligatoire pour les Collectivités territorialesde plus de 50 000 habitants.

Objectifs réglementaires :

  •  2020 : réduction de 20% les GES
  •  2050 : réduction de 75% les GES 

Le bilan carbone n’est pas qu’un indicateur, c’est un outil de pilotage…

Pour réaliser le bilan des émissions de gaz à effet de serre, il faut recenser les flux de manière exhaustifs et mesurer leur impact carbone.

 

Chiffres clé et comparaisons

Ratios clé :

Globalement, l’eau et l’assainissement sur RM génèrent 0.92 KgeCO2 / m3 eau potable et 1.05 KgeCO2 / m3 assainissement

Soit un total : 1.97 kgeCO2 / m3

 

1 T eq CO2 = 4 000 km en voiture en France

1 kgde veau = 44 kg eq CO2

=> pour un foyer moyen, l’eau et l’assainissement pour l’année représente l’équivalent CO2 de 950km en voiture ou 5kg de veau.

 

Et pour 1 litre d’eau… (Nous ne comparons que la part eau potable avec l’eau en bouteille : les deux étant ensuite assainies à la Station d’Epuration (STEP) avant de rejoindre le milieu naturel : la Vesle)

  •  Les publications rapportent de 60 à 200 geCO2 / litre eau en bouteille (selon le conditionnement)
  •  Pour l’agglomération rémoise c’est 0.92geCO2 / litre d’eau du robinet (soit 65 à 220 fois moins impactant)

 

Les 2 principaux postes impactant : la STEP et les travaux sur réseaux… zoom sur les résultats et actions de réductions engagées

- la STEP

La Station d’épuration représente environ 20% du bilan carbone de la DEA.

Quelques ratios clé :

  • 0.32 kgeCO2 / m3 eau traitée avant rejet au milieu naturel
  • 1.37 kgeCO2 / kgDBO éliminée (correspondant à la pollution traitée)

Entre 2007 et 2010, l’optimisation du fonctionnement de la station d’épuration et la valorisation agricole des boues ont permis d’améliorer nettement la consommation d’énergie, les intrants (réactifs) et l’impact CO2 des déchets (boues).

Globalement, environ 2 000 TeCO2 réduits entre 2007 et 2010, soit un peu plus de 30% de réduction, pour un total global de 6 168 TeCO2 émis en 2010.

Pour l’avenir, peu de nouvelles actions d’optimisation peuvent être envisagées sur le process épuration, et les résultats ne seront plus aussi spectaculaires… mais les améliorations sont toujours recherchées et régulièrement mises en œuvre.

 

- les travaux de renouvellement des réseaux

Les travaux de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement représentent plus de 70% du bilan carbone de la DEA.

Cet impact lourd est principalement dû aux travaux de terrassement, remblais de tranchée et réfection de voirie : mobilisant des engins lourds, des déchets important et des intrants nobles. Pour optimiser cet impact et les coûts financiers nécessaires à ces travaux, les techniques sans tranchée sont favorisées au maximum quand cela est techniquement possible.

 

Quelques ratios clé :

  • Renouvellement réseaux assainissement en tranchée ouverte : 1.167 kgeCO2/€ soit 861.8 kgeCO2/ml
  • Réhabilitation réseaux assainissement par chemisage : 0.088 kgeCO2/€ soit 15.4 kgeCO2/ml
  • Renouvellement réseau et branchement AEP – microforeuse (réalisé en régie) : 0.101 kgeCO2/€ soit 48 kgeCO2/ml