Espace client

Site junior

Lettre d'information

Info consommateurs

L’eau est un produit alimentaire :

l’eau qui coule de vos robinets est une eau potable, c’est à dire bonne à boire. Sa consommation répond aux mêmes règles d’hygiène que tous les autres aliments.

Le Temps, l’eau ne se conserve pas indéfiniment :

  • Après quelques jours d’absence, faites couler l’eau jusqu’à ce qu’elle soit fraîche avant d’en boire.

La Température, l’eau préfère le froid :

  • Pour boire de l’eau, n’ouvrez que le robinet d’eau froide. Les mélangeurs doivent être poussés à fond sur le froid.

L’Hygiène :

  • Purgez deux fois par an les équipements de votre réseau intérieur comme par exemple le ballon d’eau chaude.
  • Eliminez tous les accessoires que vous n’utilisez pas et que vous n’entretenez donc pas régulièrement.
  • Ces accessoires et équipements doivent répondre aux normes sanitaires (flexible de douche, adoucisseur... risques des réseaux internes en plomb).

La Conservation :

  • Il faut éviter de laisser l’eau trop longtemps au contact de l’air et surtout au soleil avant sa consommation.
  • De même, il est souhaitable de supprimer les bouts de canalisation morts où l’eau peut stagner dans les installations intérieures.
  • L’eau potable est un produit élaboré qui a fait l’objet d’un traitement et de nombreux contrôles. L’eau potable n’existe pratiquement plus à l’état naturel.
  • En France, l’eau « propre à la consommation humaine » doit remplir 62 critères qui reflètent deux préoccupations permanentes :
    • en priorité, celle de la santé publique : fournir au consommateur une eau sûre, garantie contre tous les risques immédiats ou à long terme - réels, potentiels, ou même simplement supposés ;
    • ensuite, celle du confort et du plaisir : offrir une eau agréable à boire, claire, inodore et équilibrée en sels minéraux.

Le Chlore pour s’assurer de la qualité

La désinfection est le traitement principal de l’eau potable. Elle a pour but de neutraliser tous les virus et bactéries pathogènes.

A Reims, le Chlore assure la désinfection des eaux captées dans la nappe, mais aussi, grâce à sa capacité de rémanence, prévient toute prolifération bactérienne durant le stockage de l’eau potable dans les réservoirs et pendant son voyage dans le réseau de distribution. Sa présence est une garantie de sécurité.

La Direction de l’Eau et de l’Assainissement s’efforce de maintenir une concentration de chlore suffisante, sans être trop importante. Toutefois, il peut arriver que « l’eau du robinet sente la Javel » : Que faire ?

  • La réaction provoquée par l’ouverture à gros débit du robinet peut suffire à dissiper le chlore résiduel.
  • S’il persiste, ce goût disparaît aisément pour peu que vous remplissiez une carafe en verre et la placiez ouverte au réfrigérateur 1 ou 2 heures.
  • Petit conseil : deux gouttes de citron frais dans un litre accélèrent la disparition du goût.

Pourquoi l’eau est-elle calcaire ?

Si votre eau laisse des traces sur le bord de la baignoire, vous avez une eau calcaire, ou en d’autres termes, une eau dure. Dure ou douce, chaque eau a ses avantages et ses inconvénients.
Pourquoi une eau dure ou une eau douce ?

La dureté correspond à la présence de calcium ou de magnésium dans l’eau.
Elle est directement liée à la nature géologique des terrains traversés. Ainsi, un sol crayeux ou calcaire, comme le bassin de la Vesle ou de la Suippe, donnera une eau assez calcaire, donc "dure".

Les conséquences pour la santé
La présence de calcaire dans l’eau est naturelle. Une eau dure n’a aucune incidence sur la santé. Pour une consommation quotidienne, il est recommandé de boire une eau moyennement dure, car elle est équilibrée en sels minéraux. En France, les valeurs s’échelonnent entre une dureté minimale de 15°F* et une dureté maximale de 50°F* (pour REIMSMETROPOLE, l’eau est à environ 30°F*).

Quelques petits conseils :

  • Chauffe-eau : Limitez la température de votre eau chaude entre 50 et 55°C. Cela vous permettra de préserver votre chauffe-eau et vous évitera d’avoir à installer un adoucisseur.
  • Adoucisseur d’eau : Il est recommandé d’en réserver l’usage à l’eau non alimentaire et de boire une eau non adoucie. En effet, ces appareils nécessitent des précautions particulières d’entretien (régénération, lavage) si l’on veut éviter les proliférations bactériennes.

* : Degrés français.

Le plomb

Le plomb est peu présent dans les eaux superficielles et souterraines. Il provient donc des réseaux. En effet, du fait de ses bonnes caractéristiques mécaniques et chimiques, le plomb massif a longtemps été utilisé pour la réalisation de branchements et de réseaux intérieurs. Comme la plupart des matériaux métalliques , le plomb est susceptible de se corroder au contact de l’eau et peut engendrer l’émission de plomb dans l’eau. L’émission est d’autant plus importante que le pH de l’eau est faible.

L’absorption de plomb en grande quantité entraîne un risque toxicologique à long terme chez les populations les plus vulnérables. Ce plomb ne provient pas uniquement de l’eau mais également des gaz d’échappement des voitures, des peintures anciennes ainsi que des aliments.

Actuellement ,la réglementation française fixe la teneur maximale en plomb à 25µg/l mais 10µg/l seront applicables en 2013.

La teneur en plomb varie avec le temps de séjour dans les canalisations. Ainsi, si le réseau intérieur est en plomb, il faut éviter de boire une eau qui a séjourné trop longtemps, et laisser couler quelques instants.

Différents traitements peuvent être mis en oeuvre pour réduire la teneur en plomb :

  • ajouter à l’eau des inhibiteurs de corrosion ou élever le pH de l’eau ;
  • remplacer les canalisations ou les réhabiliter en leur appliquant un revêtement protecteur à l’intérieur.

Sur le territoire de REIMSMETROPOLE, les canalisations constituant le réseau de distribution d’eau ne sont plus en plomb, mais de nombreux branchements publics (surtout dans les quartiers anciens) sont encore en plomb. REIMSMETROPOLE a choisi de mettre en place un programme de renouvellement de ces branchements. Le remplacement du réseau en partie privative est à la charge du propriétaire.

Astuce : Si votre branchement est en plomb, il n’y a pas de risque majeur.
Toutefois, des teneurs plus élevées ont été mesurées sur la première eau du matin (dues à la stagnation de l’eau toute la nuit, dans le branchement ou les tuyaux en plomb à l’intérieur de la maison). En attendant que la Direction de l’Eau et de l’Assainissement procède au remplacement du branchement partie publique, prenez le réflexe de ne pas utiliser la première eau à des fins alimentaires : préférez prendre une douche ou aller aux toilettes, avant de faire le café (ou mettez l’eau dans la cafetière la veille au soir).

Les nitrates

Les nitrates sont généralement plus présents en zone agricole et d’élevage, mais on peut en retrouver en zone urbaine. De nombreuses eaux de surface et eaux souterraines sont contaminées par de la matière organique azotée (les nitrates étant le dernier stade de la dégradation de l’ammoniac) provenant des élevages. De plus, de nombreux engrais chimiques apportés dans les rivières par les eaux de ruissellement constituent une pollution de plus en plus importante.

Les nitrates, à forte dose, créent plusieurs types de nuisances :

  • développement des algues dans les rivières et les lacs qui provoquent la mortalité des poissons et une altération de la qualité de l’eau
  • maladie chez les nourrissons (méthémoglobinémie : défaut de fixation de l’oxygène par le sang).

La norme française limite la teneur en nitrates des eaux destinées à la consommation humaine à 50 mg/l. Une étude récente montre qu’entre 50 et 100 mg/l, l’eau peut être consommée sauf pour les nourrissons et femmes enceintes. Au delà, l’eau ne doit pas être bue ni utilisée dans la préparation des aliments

Sur le territoire de REIMSMETROPOLE, l’eau distribuée présente une quantité de nitrate comprise entre 30 et 35mg/l.

Les pesticides

Les pesticides, utilisés en agriculture, en viticulture et pour le désherbage des routes, des cimetières et des voies ferrées, sont à l’origine d’une pollution de plus en plus importante. Ils contaminent les eaux de surface par ruissellement et les eaux souterraines par infiltration.
A forte dose et à long terme, ces produits présentent un risque toxicologique.

La norme française limite la teneur en pesticides des eaux destinées à la consommation humaine à 0,1 µg/l par produit et à 0,5 µg/l pour la concentration totale en pesticides.
Cette norme est plus sévère que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) qui se base sur des considérations sanitaires.

La norme française, issue de la directive européenne, intègre la volonté de protéger l’environnement. L’eau distribuée sur le territoire de REIMSMETROPOLE répond aux normes de qualité réglementaire concernant les pesticides.